Lire Des Livres.fr » Victor Hugo » Les Misérables » Marius » Livre huitième _ Le mauvais pauvre - Chapitre XVI - Où l'on retrouvera la chanson sur un air anglais à la mode en 1832
Programme Télévision Mercredi

Chapitre XVI - Où l'on retrouvera la chanson sur un air anglais à la mode en 1832

Marius s'assit sur son lit. Il pouvait être cinq heures et demie. Une demi-heure seulement le séparait de ce qui allait arriver. Il entendait battre ses artères comme on entend le battement d'une montre dans l'obscurité. Il songeait à cette double marche qui se faisait en ce moment dans les ténèbres, le crime s'avançant d'un côté, la justice venant de l'autre. Il n'avait pas peur, mais il ne pouvait penser sans un certain tressaillement aux choses qui allaient se passer. Comme à tous ceux que vient assaillir soudainement une aventure surprenante, cette journée entière lui faisait l'effet d'un rêve, et, pour ne point se croire en proie à un cauchemar, il avait besoin de sentir dans ses goussets le froid des deux pistolets d'acier.
Il ne neigeait plus ; la lune, de plus en plus claire, se dégageait des brumes, et sa lueur mêlée au reflet blanc de la neige tombée donnait à la chambre un aspect crépusculaire.
Il y avait de la lumière dans le taudis Jondrette. Marius voyait le trou de la cloison briller d'une clarté rouge qui lui paraissait sanglante.
Il était réel que cette clarté ne pouvait guère être produite par une chandelle. Du reste, aucun mouvement chez les Jondrette, personne n'y bougeait, personne n'y parlait, pas un souffle, le silence y était glacial et profond, et sans cette lumière on se fût cru à côté d'un sépulcre.
Marius ôta doucement ses bottes et les poussa sous son lit.
Quelques minutes s'écoulèrent. Marius entendit la porte d'en bas tourner sur ses gonds, un pas lourd et rapide monta l'escalier et parcourut le corridor, le loquet du bouge se souleva avec bruit ; c'était Jondrette qui rentrait.
Tout de suite plusieurs voix s'élevèrent.
Toute la famille était dans le galetas. Seulement elle se taisait en l'absence du maître comme les louveteaux en l'absence du loup.
—C'est moi, dit-il.
—Bonsoir, pèremuche ! glapirent les filles.
—Eh bien ? dit la mère.
—Tout va à la papa, répondit Jondrette, mais j'ai un froid de chien aux pieds. Bon, c'est cela, tu t'es habillée. Il faudra que tu puisses inspirer de la confiance.
—Toute prête à sortir.
—Tu n'oublieras rien de ce que je t'ai dit ? Tu feras bien tout ?
—Sois tranquille.
—C'est que... dit Jondrette. Et il n'acheva pas sa phrase.
Marius l'entendit poser quelque chose de lourd sur la table, probablement le ciseau qu'il avait acheté.
—Ah çà, reprit Jondrette, a-t-on mangé ici ?
—Oui, dit la mère, j'ai eu trois grosses pommes de terre et du sel. J'ai profité du feu pour les faire cuire.
—Bon, repartit Jondrette. Demain je vous mène dîner avec moi. Il y aura un canard et des accessoires. Vous dînerez comme des Charles-Dix. Tout va bien !
Puis il ajouta en baissant la voix.
—La souricière est ouverte. Les chats sont là.
Il baissa encore la voix et dit :
—Mets ça dans le feu.
Marius entendit un cliquetis de charbon qu'on heurtait avec une pincette ou un outil en fer, et Jondrette continua :
—As-tu suifé les gonds de la porte pour qu'ils ne fassent pas de bruit ?
—Oui, répondit la mère.
—Quelle heure est-il ?
—Six heures bientôt.
La demie vient de sonner à Saint-Médard.
—Diable ! fit Jondrette. Il faut que les petites aillent faire le guet. Venez, vous autres, écoutez ici.
Il y eut un chuchotement.
La voix de Jondrette s'éleva encore :
—La Burgon est-elle partie ?
—Oui, dit la mère.
—Es-tu sûre qu'il n'y a personne chez le voisin ?
—Il n'est pas rentré de la journée, et tu sais bien que c'est l'heure de son dîner.
—Tu es sûre ?
—Sûre.
—C'est égal, reprit Jondrette, il n'y a pas de mal à aller voir chez lui s'il y est. Ma fille, prends la chandelle et vas-y.
Marius se laissa tomber sur ses mains et ses genoux et rampa silencieusement sous son lit.
À peine y était-il blotti qu'il aperçut une lumière à travers les fentes de sa porte.
—P'pa, cria une voix, il est sorti.
Il reconnut la voix de la fille aînée.
—Es-tu entrée ? demanda le père.
—Non, répondit la fille, mais puisque sa clef est à sa porte, il est sorti.
Le père cria :
—Entre tout de même.
La porte s'ouvrit, et Marius vit entrer la grande Jondrette, une chandelle à la main. Elle était comme le matin, seulement plus effrayante encore à cette clarté.
Elle marcha droit au lit, Marius eut un inexprimable moment d'anxiété, mais il y avait près du lit un miroir cloué au mur, c'était là qu'elle allait.
Elle se haussa sur la pointe des pieds et s'y regarda. On entendait un bruit de ferrailles remuées dans la pièce voisine.
Elle lissa ses cheveux avec la paume de sa main et fit des sourires au miroir tout en chantonnant de sa voix cassée et sépulcrale :
Nos amours ont duré toute une semaine,
Ah ! que du bonheur les instants sont courts !
S'adorer huit jours, c'était bien la peine !
Le temps des amours devrait durer toujours !
Devrait durer toujours ! devrait durer toujours !
Cependant Marius tremblait. Il lui semblait impossible qu'elle n'entendît pas sa respiration.
Elle se dirigea vers la fenêtre et regarda dehors en parlant haut avec cet air à demi fou qu'elle avait.
—Comme Paris est laid quand il a mis une chemise blanche ! dit-elle.
Elle revint au miroir et se fit de nouveau des mines, se contemplant successivement de face et de trois quarts.
—Eh bien ! cria le père, qu'est-ce que tu fais donc ?
—Je regarde sous le lit et sous les meubles, répondit-elle en continuant d'arranger ses cheveux, il n'y a personne.
—Cruche ! hurla le père. Ici tout de suite ! et ne perdons pas le temps.
—J'y vas ! j'y vas ! dit-elle. On n'a le temps de rien dans leur baraque !
Elle fredonna :
Vous me quittez pour aller à la gloire,
mon triste cœur suivra partout vos pas.
Elle jeta un dernier coup d'œil au miroir et sortit en refermant la porte sur elle.
Un moment après, Marius entendit le bruit des pieds nus des deux jeunes filles dans le corridor et la voix de Jondrette qui leur criait :
—Faites bien attention ! l'une du côté de la barrière, l'autre au coin de la rue du Petit-Banquier. Ne perdez pas de vue une minute la porte de la maison, et pour peu que vous voyiez quelque chose, tout de suite ici ! quatre à quatre ! Vous avez une clef pour rentrer.
La fille aînée grommela :
—Faire faction nu-pieds dans la neige !
—Demain vous aurez des bottines de soie couleur scarabée ! dit le père.
Elles descendirent l'escalier, et, quelques secondes après, le choc de la porte d'en bas qui se refermait annonça qu'elles étaient dehors.
Il n'y avait plus dans la maison que Marius et les Jondrette ; et probablement aussi les êtres mystérieux entrevus par Marius dans le crépuscule derrière la porte du galetas inhabité.