Lire Des Livres.fr » Victor Hugo » Les Misérables » Cosette » Livre huitième _ Les cimetières prennent ce qu'on leur donne - Chapitre VIII - Interrogatoire réussi

Chapitre VIII - Interrogatoire réussi

Une heure après, par la nuit noire, deux hommes et un enfant se présentaient au numéro 62 de la petite rue Picpus. Le plus vieux de ces hommes levait le marteau et frappait.
C'étaient Fauchelevent, Jean Valjean et Cosette.
Les deux bonshommes étaient allés chercher Cosette chez la fruitière de la rue du Chemin-Vert où Fauchelevent l'avait déposée la veille. Cosette avait passé ces vingt-quatre heures à ne rien comprendre et à trembler silencieusement. Elle tremblait tant qu'elle n'avait pas pleuré. Elle n'avait pas mangé non plus, ni dormi. La digne fruitière lui avait fait cent questions, sans obtenir d'autre réponse qu'un regard morne, toujours le même. Cosette n'avait rien laissé transpirer de tout ce qu'elle avait entendu et vu depuis deux jours. Elle devinait qu'on traversait une crise. Elle sentait profondément qu'il fallait «être sage». Qui n'a éprouvé la souveraine puissance de ces trois mots prononcés avec un certain accent dans l'oreille d'un petit être effrayé : Ne dis rien ! La peur est une muette. D'ailleurs, personne ne garde un secret comme un enfant.
Seulement, quand, après ces lugubres vingt-quatre heures, elle avait revu Jean Valjean, elle avait poussé un tel cri de joie, que quelqu'un de pensif qui l'eût entendu eût deviné dans ce cri la sortie d'un abîme.
Fauchelevent était du couvent et savait les mots de passe. Toutes les portes s'ouvrirent.
Ainsi fut résolu le double et effrayant problème : sortir, et entrer.
Le portier, qui avait ses instructions, ouvrit la petite porte de service qui communiquait de la cour au jardin, et qu'il y a vingt ans on voyait encore de la rue, dans le mur du fond de la cour, faisant face à la porte cochère.
Le portier les introduisit tous les trois par cette porte, et de là, ils gagnèrent ce parloir intérieur réservé où Fauchelevent, la veille, avait pris les ordres de la prieure.
La prieure, son rosaire à la main, les attendait. Une mère vocale, le voile bas, était debout près d'elle. Une chandelle discrète éclairait, on pourrait presque dire faisait semblant d'éclairer le parloir.
La prieure passa en revue Jean Valjean. Rien n'examine comme un œil baissé.
Puis elle le questionna :
—C'est vous le frère ?
—Oui, révérende mère, répondit Fauchelevent.
—Comment vous appelez-vous ?
Fauchelevent répondit :
—Ultime Fauchelevent.
Il avait eu en effet un frère nommé Ultime qui était mort.
—De quel pays êtes-vous ?
Fauchelevent répondit :
—De Picquigny, près Amiens.
—Quel âge avez-vous ?
Fauchelevent répondit :
—Cinquante ans.
—Quel est votre état ?
Fauchelevent répondit :
—Jardinier.
—Êtes-vous bon chrétien ?
Fauchelevent répondit :
—Tout le monde l'est dans la famille.
—Cette petite est à vous ?
Fauchelevent répondit :
—Oui, révérende mère.
—Vous êtes son père ?
Fauchelevent répondit :
—Son grand-père.
La mère vocale dit à la prieure à demi-voix :
—Il répond bien.
Jean Valjean n'avait pas prononcé un mot.
La prieure regarda Cosette avec attention, et dit à demi-voix à la mère vocale :
—Elle sera laide.
Les deux mères causèrent quelques minutes très bas dans l'angle du parloir, puis la prieure se retourna et dit :
—Père Fauvent, vous aurez une autre genouillère avec grelot. Il en faut deux maintenant.
Le lendemain en effet on entendait deux grelots dans le jardin, et les religieuses ne résistaient pas à soulever un coin de leur voile. On voyait au fond sous les arbres deux hommes bêcher côte à côte, Fauvent et un autre. Événement énorme. Le silence fut rompu jusqu'à s'entre-dire : C'est un aide-jardinier.
Les mères vocales ajoutaient : C'est un frère au père Fauvent.
Jean Valjean en effet était régulièrement installé ; il avait la genouillère de cuir, et le grelot ; il était désormais officiel. Il s'appelait Ultime Fauchelevent.
La plus forte cause déterminante de l'admission avait été l'observation de la prieure sur Cosette : Elle sera laide.
La prieure, ce pronostic prononcé, prit immédiatement Cosette en amitié, et lui donna place au pensionnat comme élève de charité.
Ceci n'a rien que de très logique. On a beau n'avoir point de miroir au couvent, les femmes ont une conscience pour leur figure ; or, les filles qui se sentent jolies se laissent malaisément faire religieuses ; la vocation étant assez volontiers en proportion inverse de la beauté, on espère plus des laides que des belles.
De là un goût vif pour les laiderons.
Toute cette aventure grandit le bon vieux Fauchelevent ; il eut un triple succès ; auprès de Jean Valjean qu'il sauva et abrita ; auprès du fossoyeur Gribier qui se disait : il m'a épargné l'amende ; auprès du couvent qui, grâce à lui, en gardant le cercueil de la mère Crucifixion sous l'autel, éluda César et satisfit Dieu. Il y eut une bière avec cadavre au Petit-Picpus et une bière sans cadavre au cimetière Vaugirard ; l'ordre public en fut sans doute profondément troublé, mais ne s'en aperçut pas. Quant au couvent, sa reconnaissance pour Fauchelevent fut grande. Fauchelevent devint le meilleur des serviteurs et le plus précieux des jardiniers. À la plus prochaine visite de l'archevêque, la prieure conta la chose à Sa Grandeur, en s'en confessant un peu et en s'en vantant aussi. L'archevêque, au sortir du couvent, en parla, avec applaudissement et tout bas, à Mr de Latil, confesseur de Monsieur, plus tard archevêque de Reims et cardinal. L'admiration pour Fauchelevent fit du chemin, car elle alla à Rome. Nous avons eu sous les yeux un billet adressé par le pape régnant alors, Léon XII, à un de ses parents, monsignor dans la nonciature de Paris, et nommé comme lui Della Genga ; on y lit ces lignes : «Il paraît qu'il y a dans un couvent de Paris un jardinier excellent, qui est un saint homme, appelé Fauvent.» Rien de tout ce triomphe ne parvint jusqu'à Fauchelevent dans sa baraque ; il continua de greffer, de sarcler, et de couvrir ses melonnières, sans être au fait de son excellence et de sa sainteté. Il ne se douta pas plus de sa gloire que ne s'en doute un bœuf de Durham ou de Surrey dont le portrait est publié dans l' Illustrated London News avec cette inscription : Bœuf qui a remporté le prix au concours des bêtes à cornes.